Reprendre le travail après la naissance d’un enfant

Quelques mois après la naissance d’un enfant, peut survenir l’une des périodes les plus difficiles : la reprise du boulot. Sentir que c’est beaucoup trop tôt , que la séparation va être trop difficile , que les heures passées loin de son enfant seront interminables…que d’ appréhensions, partagées par la majorité des mamans.

 

Comment s’y préparer ? Comment accepter l’idée de ne pas être à ses côtés durant toute une journée?

 

                     Et si derrière chaque crainte se cachait une réponse ?

 

 

Privilégier une séparation douce

 

Ne pas se séparer de l’enfant de manière trop brutale et mettre en place une séparation évolutive est primordiale. Laissez-vous le temps, à tous deux, de vous adapter à ce changement, pour cela favorisez une transition sereine et graduelle.

Commencez par confier votre enfant à une personne de confiance ou en crèche 1 heure par jour  ou par semaine par exemple, puis une demi-journée, puis la journée entière . Il y aura certes au début des pleurs mais dites vous que les pleurs ne durent jamais toute une journée. Si votre enfant à bien mangé et à pu faire sa sieste pas de raison de s’inquiéter .

L’enfant saura rapidement se familiariser à son nouvel environnement et à son nouveau rythme.

 

 

 

Ce n’est pas un abandon

La séparation peut vous donner l’impression que vous abandonnez votre enfant, le sentiment de culpabilité est parfois intense . Vous pourrez avoir le sentiment de faire passer votre travail avant votre enfant mais ce n’est pas le cas. Sachez que l’amour  que vous lui portez est le plus fort qui existe : l’amour maternel .  Les moments passés ensemble,  vous permettront à tout 2, d’avoir des batteries bien chargées pour les moments où vous serez loin l’un de l’autre.

N’oubliez pas qu’en vous voyant revenir le chercher, continuellement, soir après soir ,  il construira une certaine habitude , une stabilité rassurante et apaisante.

Les retrouvailles seront d’autant plus joyeuses et euphoriques, pour vous comme pour votre bébé.

 

 

  

Ne doutez pas de la capacité des autres à s’occuper de votre enfant

 

S’inquiéter que son bébé ne soit pas correctement pris en charge est un sentiment naturel, il s’agit de la chair de votre chair.

La plupart des nounous ou animatrices en crèche, n’en sont pas à leur premier coup d’essais , elles ont suivi des formations, plusieurs enfants leur ont été également confiés avant le votre, elles sont donc susceptibles d’être très expérimentées . Faites également confiance à votre bébé, il possède cette force de la nature qui lui permettra de se faire comprendre , lorsqu’il aura faim ou sommeil.

Vous vivez à l’air de la technologie, alors profitez-en ! N’hésitez pas à demander que l’on vous envoie 1 photo ou 2 , de votre bébé durant la journée afin de tranquilliser votre coeur.

 

 

 

Vous êtes et resterez sa maman

 

Vous avez été pendant des mois , l’élément central de sa vie, celle qui calme les pleurs, celle qui apaise, celle qui sait tout de suite de quoi son enfant à besoin et vous souhaitez le rester. Ressentir un peu de jalousie, un pincement au coeur lorsque votre bébé est épanoui dans les bras d’une autre personne est très courant, vous avez l’impression de vous faire déposséder de son rôle de maman… Mais vous êtes bel et bien la première personne à avoir crée du lien avec le bébé et à voir répondu à ses besoins les plus fondamentaux, mois après mois. Au moment de confier votre enfant, un lien exclusif est déjà tissé et bien établi.

Le fait que votre enfant s’attache aussi à d’autres personnes , signifie que vous avez réussi votre travail, l’enfant a désormais une capacité affective assez développée pour laisser entrer une figure de plus dans son monde.

Vous êtes sa figure d’attachement principale et il sait que c’est de vous qu’il pourra attendre le plus.

 

 

 

L’impression de rater des moments de vie

 

Beaucoup de femmes ont peur lorsqu’elle retourne travailler de rater des moments de vie : les premiers pas, les premiers mots…Un vide est alors créé ; appliquer la méthode de la compensation peut être bénéfique : lorsqu’un vide se crée, il est courant qu’une compensation s’établisse afin de remplir ce vide. Remplacez ces moments sans votre bébé en programmant des moments de qualité. Les matins et soirs pouvant être assez speed et mouvementés , planifiez les jours plus calmes et propices, des moment de qualité avec votre enfant

 

Articles Récents

En fait, je m'imaginais un autre bébé

La grossesse, période pendant laquelle on s’imagine maintes et maintes fois son futur bébé.Ses yeux seront surement comme ça, il aura telle taille, ce sera un bébé doux , facile...

En savoir plus

" Vous avez l'utérus vide "

Un enfant ange profondément aimé,  un enfant ange qui aura à jamais une place dans mon coeur.  « Tu en feras un autre », « la nature est bien faite, il n’aurait pas...

En savoir plus

Laissez un commentaire

Ce blog est modéré